L’ortie .

274px-Urtica_dioica05_iesarticle : 63

L’ortie est une plante formidable. J’ai mis du temps à m’en rendre compte car pendant longtemps j’ai gardé un souvenir douloureux de notre première rencontre et lui en ai tenu rigueur pendant plus de vingt ans. Jusqu’à ce que j’apprenne qu’on pouvait la manger, bien fait pour elle. Et surtout bienfaits pour nous car c’est une plante dépurative par excellence, qui va nettoyer l’organisme en douceur et lui apporter en même temps de nombreux minéraux.

Oui, c’est bien de celle là dont je parle, l’ortie des bords de chemin, la mauvaise herbe, celle qu’on évite ou dont on veut se débarrasser. Celle qui est impossible à confondre avec une autre. Un doute ? Caressez-là et vous verrez que c’est bien elle, cette grande échevelée aux feuilles dentées et aux nombreux petits poils urticants. Elle aime l’ombre, l ‘humidité, les sous-bois et un sol riche en azote la ravit.

Mais qu’a-t-elle donc de si particulier cette ortie (Urtica dioïca) ?

D’abord, c’est une plante qui n’est pas toxique, et donc peu dangereuse à utiliser, surtout si on débute en phytothérapie. Ensuite, elle est facilement reconnaissable, et ne peut être confondue avec une autre. Deuxième assurance sécurité. Attention toutefois, car dans certaine région, on appelle « ortie » des plantes qui n’en sont pas, notamment les lamiers (ortie blanche pour le lamier blanc par exemple). Elles se distinguent facilement des vraies orties car elles ont des fleurs de couleur et surtout une tige à section carrée, et puis, elles ne piquent pas. Enfin, on trouve l’ortie quasiment partout en France métropolitaine, et elle n’est pas menacée d’extinction, loin de là, ce qui en fait une plante médicinale GRATUITE, FACILE à trouver et à reconnaître, et NON TOXIQUE* !

* attention, non toxique, comme toujours avec la phytothérapie, ne signifie pas non dangereuse et en cas de grossesse, elle est à éviter car elle aurait des propriétés abortives. Attention également aux interactions possibles avec la prise de certains médicaments. Une tisane, un soir, pour le plaisir n’a pas d’incidence, mais prise en cure prolongée, cela devient une médication à aborder avec votre médecin traitant.

Illustration_Urtica_dioicaPour la cueillette de l’ortie

Munissez-vous de gants, évidemment, ce sera moins désagréable. Choisissez une zone exempte de pollutions, notamment par les pesticides, donc exit les bords de champs ou les bords des routes communales (lixiviats des véhicules). Ca c’est pour le lieu.

Pour la partie à cueillir, ce sont les tiges feuillues « du haut », plus tendres, plus fines. Enfin, il ne faut pas cueillir quand elles sont en fleurs (quand il y a comme des petites grappes jaunes-verts qui pendent). Et on évite en général de faire la cueillette quand elles sont dans cette période, car alors, les feuilles renferment moins de bonnes choses, ces éléments étant partis dans les fleurs puis les graines. L’idéal, ce sont les jeunes pousses printannières.

Petit rappel sur la cueillette sauvage : on ne cueille pas d’espèces protégées (ça, avec l’ortie, c’est bon), on n’arrache pas les plantes(comme on veut juste les jeunes feuilles, aucune raison de les déraciner), on ne cueille jamais tout au même endroit, pour ne pas décimer une population entière et si il n’y a que deux ou trois plants perdus au milieu de nulle part, on les laisse tranquille et on se trouve un autre coin. Tout cela dans l’esprit de laisser le temps à la nature de se renouveler d’ici votre prochain passage.

Une petite cure dépurative de printemps ?

Au printemps, les idées de régime germent et avec eux leur cortège de compléments alimentaires chimiques à base de poudre de perlin-pin-pin dont la principale propriété est d’être laxative (ah la belle trouvaille pour maigrir n’est-ce pas?). Je vous propose une alternative, qui ne vous fera peut-être pas plus maigrir, mais qui aura le mérite d’être bonne pour la santé.

Une petite cure d’ortie au changement de saison (printemps et automne en fait). C’est génial !! Ca fait un bien fou, carl’ortie est riche en fer, silicium, calcium, chlore, magnésium, manganèse, potassium, soufre et zinc. Elle a donc des propriétés reminéralisantes et reconstituantes. Elle est donc utile en cas d’anémie ou de certaines carences, courantes à la sortie de l’hiver. C’est aussi pour cette raison qu’on l’utilise en jardinage sous forme de purin d’ortie, rendu célèbre grâce à son interdiction à la vente plus qu’abusive. Diurétique et dépurative, elle est excellente en cure pour « nettoyer » l’organisme sans l’affaiblir, c’est à dire éliminer les toxines qui s’accumulent dans notre corps dans des organes dits « émonctoires » : les reins, le foie, les intestins, la peau, le système respiratoire. Cette accumulation naturelle peut causer de la fatigue, des problèmes de peau, des douleurs musculaires, les inflammations, la goutte, les rhumatismes par exemple. Il n’est donc pas inutile de penser à les éliminer de temps en temps.

La seule contrainte est de préparer son thermos d’un litre tous les matins, et ça, il n’y a que vous qui pouvez le faire.

Recette de la décoction d’ortie

Comptez une cure de 10 jours en buvant 1 litre par jour.

  • Mettez dans 1 litre d’eau froide 1 poignée de feuilles et tiges d’ortie séchée (ou environ 3 fois plus si c’est de la plante fraîche).
  • Portez à ébullition.
  • Stoppez le feu dès qu’il commence à y avoir des bulles
  • Laissez infuser 10 à 15 minutes.

Il n’y a plus qu’à filtrer.

Pour filtrer, vous pouvez utiliser un chinois, ou si vous n’êtes pas encore équipé, vous pouvez mettre une compresse dans une passoire (Mac Gyver est dans la place!).

Je vous parlerais dans un prochain article des propriétés de l’ortie contre l’urticaire. Car grâce à ses propriétés dépuratives, elle nettoie de l’intérieur et ça se voit à l’extérieur !

 

Posted on  by louzoutravel

 

Ce contenu a été publié dans Non classé. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

2 réponses à L’ortie .

  1. Mailandco dit :

    Bonjour louzoutravel, avez-vous une recette pour passer l’ortie à l’extracteur (mélangée avec quoi ?). Ma fille s’est fait un plongeon dans un massif d’orties le WE dernier et il serait bien de refaire copain-copain avec cette plante formidable grâce à un jus…
    Merci

    • admin dit :

      Bonjour, personnellement je ne prends que les jeunes orties, je coupe le haut de l’ortie que je passe dans l’extracteur en filtrant 4 à 5 fois pour enlever la « mousse  » et je melange ce jus en proportion de 20% env à un autre jus fait de carottes/pommes/gingembre/orange/citron/concombre/betteraves rouges .
      L’ortie atténue la force du gingembre ce qui permet de doubler la dose habituelle et le goût est excellent .
      Bon jus !!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>