Le gluten …et notre cerveau !

GlutenArticle 66.

Parlons un peu du gluten.

Je vais tenter de décrire de manière simplifiée l’action délétaire du gluten pour toutes les personnes souffrant d’un tissus intestinal dégradé apres souvent des decennies d’attaques diverses dues à notre alimentation dans la majorité des cas .

Le rôle du gluten dans notre alimentation

Le gluten est une protéine présente dans les céréales, il influence les propriétés de cuisson de la farine, il absorbe l’eau  ajoutée à la farine et gonfle de façon à générer une pâte à pétrir.  

Cette pâte à pétrir est + facilement travaillée et cuite lorsque le taux de gluten est élevé, c’est ce taux élevé qui permet de réaliser les «  délicieuses baguettes croustillantes industrielles ».

Pendant la cuisson, le gluten libère une partie de l’eau retenue et se lie à l’amidon contenu dans la farine, de façon à assurer la cohésion du pain limitant le temps de repos de la pâte et son travaille de malaxage nécessaire à une bonne homogeneité.

On peut considérer le gluten comme la colle de ces céréales. Il est responsable de la capacité agglutinante et liante des céréales indispensable à la fabrication des pâtes et pains.

Malheureusement le gluten est sur utilisé fréquemment dans l’industrie alimentaire et peut se cacher dans une multitude de produits, sous des dénominations différentes

Lorsque l’on parle d’intolérance au gluten, on parle généralement de maladie coeliaque. (Atrophie des villosités intestinales générant -à mauvaise absorption -à inflammation, –à douleurs etc.  )

Mais seulement 10 à 20 %des personnes allergiques au gluten présentent  les symptômes d’allergie à cette maladie, un grand nombre, la majorité des allergiques ne le savent pas car ne souffrent pas de ces symptômes type.

Le corps possède des antigènes et des anticorps, les 1er sont des marqueurs et les seconds des nettoyeurs , Il est possible de les considérer comme une armée avec différents corps d’armée : armée de terre, marine, aviation etc.  C’est dire les IgA , IgG, IgM, IgD et IgE

Lorsque l’on parle de test d’allergie de type cutanée par exemple on parle de test de réaction aux IgE or les troubles liées au gluten ne sont pas uniquement des réponse de type IgE mais aussi IgA et IgG,

Une étude italienne récente faite sur 5000 patients dans 38  centres de gastro-entérologie  a mis en lumière que  20%  seulement des personnes suivies souffraient de la maladie coeliaque mais surtout que 80% avaient des antigènes présents dans le sang témoignant de phénomène de réaction immunitaire à des molécules non dégradés de gluten et donc développaient des syndromes d’allergie interne au gluten sans symptômes de maladie coeliaque .

Cette analyse a mis en évidence que dans ces 80% de personnes sensibles

68% développaient des syndromes de mal-être et de dépression

64% de la fatigue

54% des migraines

39% de l’anxiété

31% des douleurs articulaires

29% des éruptions cutanées

il y avait surtout 20 fois + de problèmes liés au gluten non coeliaques que ceux liés au gluten coeliaque , ce qui a mis en évidence que la maladie coeliaque n’est qu’une petite partie des effets désastreux du gluten sur l’organisme et la santé

Pourquoi ?

Le gluten est une longue chaîne de protéines, la sélection des blés modernes a modifié la structure du blé en allongeant la longueur de la chaîne moléculaire de la protéine de blé ce qui a généré ces 60 dernières années une augmentation de 400% des allergies au blé

Quelle nourriture contient du gluten : blé, orge, seigle, qui sont la base de notre alimentation. Les protéines sont de longues chaînes d’acides aminés normalement découpées par des enzymes pour les rendre assimilables à l’état de peptides capables de passer dans la circulation sous forme d’acides aminés simples.

Notre corps ne dispose pas des enzymes adéquats  pour découper les longues chaînes d’acides aminés de gluten «  moderne «  ce qui permes à certains fils d’acides aminés de passer dans la circulation sanguine, notamment une chaîne particulière et très connue qui contient 33 acides aminés : l’alpha gliadine

Ces chaînes d’acides aminés se retrouvent malencontreusement dans la circulation sanguine à cause d’un phénomène que l’on appelle l’hyperperméabilité intestinale, l’allergie au gluten est la conjonction de 2 phénomènes : permeablité intestinale anormale et chaîne longues de gluten dans les intestins, si une personne a un tissus intestinal en parfait état, les chaînes protéiniques de gluten seront éliminées naturellement sans aune conséquence sur l’état de santé

En cas d’allergie alimentaire, quelle qu’elle soit —à hyperpermeabilité intestinale et donc la 1ere action à entreprendre est au niveau intestinal car le gluten générera des problèmes.

L’autre danger de ces longues chaînes non décomposées provient du fait qu’il existe un phénomène de similitude moléculaire, il se trouve qu’elles ont des similitudes avec certaines cellules de notre organisme et vont générer des attaques auto-immunes

Quand l’organisme génère des antigènes et des anticorps spécifique au gluten, ces anticorps vont attaquer et détruire les chaînes de gluten mais vont reconnaître par erreur sur nos propres organes des cellules ayant la même séquence d’acide aminée et les attaquer. Ce que l’on appelle développer une maladie auto-immune.

Toutes les maladies auto-immunes ont pour base les mêmes conditions :

Exposition à un polluant

Hyper permeablilité intestinale

Organe dont les cellules représente une similitude moleculaire avec le polluant incriminé

Le plus gros danger du gluten n’est pas la maladie coeliaque mais les attaques auto – immunes et on s’est rendu compte par ex que certaine cellules du cerveau appelées cellules de Puking partageaient une similitude moléculaire avec les molécules de protéines non décomposée du gluten (celle ayant 17 acides aminés je crois) ce qui généré une destruction de ces cellules du cerveau.

Il n’y a pas dans le gluten qu’une seule ou 2 molécules nocives comme l’alpha gliadine mais de nombreux produits toxiques qui n’ont pas été décomposés, on estime à 60 peptides différents  soit 60 chaînes d’acides aminés non décomposées de manière adéquate qui sont issues de la digestion du gluten alors qu’en général on ne cible que sur une : alpha gliadine.

Voilà pourquoi la plupart des test d’allergie au gluten ne sont pas pertinents car limités à un ou 2 éléments au lieu des 60.

En résumant : Nous avons une alimentations notamment céréalière composée de protéines de + en + complexes et qui a évolué au fils des années pour être hyper chargée en gluten (à titre d’exemple les blés anciens étaient composés de 5% de gluten alors qu’actuellement on est à 15 voire 25% et les levures étaient différentes, non chimiques)

Notre organisme ne dispose pas des enzymes capables de décomposer ces nouvelles chaînes longues de gluten

Qui + est l’alimentation moderne favorise les phénomènes d’inflammation intestinales favorisant une trop grande permeablité et pour encore accentuer le pb , les enzymes ont besoin de temps pour agir sur les protéines, ce qui fait que ces dernières doivent théoriquement être  absorbées à la fin de l’intestin grêle alors qu’en cas d’inflammation globale, l’hyper perméabilité fait passer les protéines au début de l’intestin là où les enzymes n’ont pas eu le temps de faire leur travail

Dans notre système immunitaire nous avons des lymphocytes à mémoires qui n’oublieront jamais l’agent polluant ce qui rend la sensibilité au gluten par la suite quasi-permanente.

Ces allergies au gluten se retrouvent aussi avec la caséine par exemple et à toutes les protéines alimentaires fortement modifiées (altération par la cuisson ou par la sélection/modification  génétique).

Donc : Peptides alimentaires trop complexes –à inflammation intestinale -à passage dans la circulation sanguine —à similitude moléculaire –à pathologie diverse dont on ne soupçonne pas la cause réelle.

Ce  n’est pas parce qu’il n’y a aucun symptôme d’allergie de type coeliaque qu’il n’y a pas la présence d’antigènes et anticorps dans l’organisme due au gluten

Pour cela il faudrait faire de + nombreux test IgA ,  IgE etc. pour se rendre compte que la dégradation est en train de se faire aussi au niveau neurologique

Une étude a été faite en Finlande : ils ont effectué des scanner cérébraux  à des personnes qui venaient d’ingérer du gluten et 70% des personnes sensibles au gluten sans maladie colique présentaient un défaut d’irrigation  sanguine au niveau du cerveau , soit un défaut de nutriment, une sorte d’asphyxie du cerveau ce qui génère une excitation du système nerveux, le système neuro-vegetatif cérébral ne reçoit plus assez d’oxygène et va réagir , le plus souvent par de l’hyperactivité ( notamment chez les enfants )

Cette étude faite en Finlande a suivi pendant 30 ans 5000 enfants, 2 fois par an étaient effectués des prélèvements sanguins,  A l’issue des 30 années, cette base de données  a été réutilisés récemment pour mettre en évidence la relation entre les enfants diagnostiqués «  sensibles au gluten « et les autres dans leur parcours éducatif et scolaire et les résultats sont étonnants :

Le taux de réussite scolaire des enfants non diagnostiqué était sans commune mesure avec les résultats des enfants sensibles au gluten , donc quel est le potentiel réel d’un enfant non entravé par des polluants alimentaires tels que le gluten.

Ce phénomène de sensibilité au gluten n’est pas obligatoirement ressenti comme lors de la maladie coeliaque, il est + insidieux, invisible, silencieux, donc une allergie quelle qu’elle soit doit alerter sur le risque que fait courir les gluten et comme les conséquences ne sont visibles qu’après des dizaines d’années, le principe de précaution d’applique pour tous ces aliments allergènes

Donc dans le cas d’agitation, d’allergies alimentaires, troubles de type ORL, dermites, inflammation de la peau, etc., un test de suppression du gluten et des produits laitiers non transformés à longues chaînes de protéines permettra de cibler les sensibilités .

Symptômes et signes d’intolérance au gluten

Anémies (le niveau de fer redevient très vite normal lors de la suppression du gluten)
Effets sur la mémoire et l’apprentissage
Problèmes d’écriture, problèmes scolaires
Dyslexie
Manque de confiance en soi
Diminution à la socialisation, dépression
Troubles du sommeil
Modifications de la vie sexuelle
Constipation
Diarrhée
Gaz intestinaux
Maladie de Crohn
Régulations de la température corporelle
Ralentissement des mouvements péristaltiques

En quelques mots : bon nombre de pathologies ont une relation avec une sensibilité non détectée au gluten. Le meilleur moyen de le savoir est d’expérimenter, d’essayer durant 3 à 4 jours par exemple de jeûner à l’eau, puis ensuite durant quelques semaines supprimer totalement gluten  et ensuite regarder ce qui se passe, s’ il y a amélioration des problèmes antérieur ou pas , regain d’énergie, mémoire, état d’esprit etc etc …………..dans une autre étude allemande, dans 72% des cas il y a eu des changements spectaculaires et à tout age !!

Le risque est nul de tester cela et de toutes manieres, votre corps vous sera reconnaissant de lui donner moins de céréales, et de réduire ces véritables colles qui stagnent dans vos intestins et qui peuvent aider au developpement d’ une horde de Candidas Albican affamés.

 

Ce contenu a été publié dans technique, thérapies, avec comme mot(s)-clé(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>